Perte de sens

De nos jours, beaucoup de milieux qui se prétendent initiatiques, s’ils l’étaient à l’origine, s’en sont terriblement éloignés. L’objectif louable de quête de verticalité s’est mué en une marche horizontale. Pire : on n’y enseigne même plus comment lever les yeux, et ainsi découvrir la direction de l’éveil.

Les raisons sont multiples et connues. Mais le problème se pose : comment pouvoir envisager la quête si je pense l’avoir accomplie ? Comment entrer dans une véritable démarche initiatique, quand je suis persuadé être déjà initié ?

Ce qui apparaît nettement, c’est que la quête de l’élévation spirituelle […] a été remplacée par une démarche horizontale qui vise, au mieux, à l’aliénation de vertus morales certes indispensables à une harmonie sociale et personnelle, mais qui ne peuvent en aucun cas être considérées comme la finalité d’une recherche spirituelle. Tout au plus en sont-elles des préalables, voire des conséquences. La notion traditionnelle de spiritualité a donc été supplantée par un humanisme basique, y compris dans les ordres initiatiques dont l’idéal affiché est la réalisation de l’être, qui continuent néanmoins à perpétuer des rites qui se sont vidés, au fil du temps, de tout leur sens : est-il indispensable de s’adonner à des rituels ésotériques pour ne discuter ensuite que des questions sociales ou partager simplement des moments de convivialité. Il y a là une perte de sens évidente.

Séverin Batfroi,
In préface du livre de Michel Chiambretto
Le souffle – Sous le Sceau du Secret

Ce sont bien sûr les mêmes qui demandent le remplacement de la bougie de cire par une “loupiote” électrique, qui interdisent de brûler de l’encens, invoquant les risques d’incendie. Il est certain qu’aucun incendie ne les brûlera de l’intérieur, ni n’allumera en eux la moindre étincelle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *